majora’s mask – Les Chroniques Vidéoludiques

Les boloss des belles games – Majora’s Mask

Les boloss des belles games – Majora’s Mask

C’est l’histoire de Skull Kid, un ptit keum qui essaie de se placer lead singer dans son groupe de rap.

Sauf qu’il se fait tej car son crew en a trop marre de le voir chier des textes péraves.

Le gonz, il se retrouve dans la misère sociale : pas d’alloc, pas de chômage, en mode cigale chez La Fontaine.

En plus il en grave sur le caillou car il vit dans une société ultralibérale qui le traite comme un schlague des familles à la rue et qui l’empêche d’avoir une mutuelle étudiante.

Du coup, lui, il a grave la rage et commence à mettre des balayettes dans toutes les coucougnettes. Et là, il trouve une arme, un masque qui lui donne des pouvoirs de bombes atomiques.

Le p’tit gonz, il se sent plus pisser, se fout sur le clocher et se met à gueuler : « Ah, vous m’avez regardé crever, je vais tous vous niquer ! »

=======================

Toi, t’incarnes un immigré, le genre à faire des 3/8 avec tous les métiers du monde mais à quand même te faire traiter de feignant par des blaireaux incapables de faire ton boulot. En plus, en passant la frontière, tu te fais racketter en mode « papier s’il vous plait ».

Alors toi, t’arrives à bourg-clocher en loozdé et tu veux t’intégrer, du coup tu fais les pires jobs : tu commences par nettoyer les chiottes du roi mojo. Le salaud, c’était bien crado, du coup, tu nettoies ça façon « écuries d’Augias ». Puis, tu fais de la plomberie façon Mario, puis tu répares le chauffage des Goron pour enfin faire quoi ? Enterrer des morts au lieu de les manger.

Bref, tu crèves au boulot comme un galérien pendant que les habitants de bourg clocher, qui ont des papiers d’identité se touchent la bite en préparer une grande messe capitaliste même si un missile de taille intersidérale s’apprête à leur péter à la gueule, ces bâtards. Tout ça, c’est à cause de ce p’tit con de Skull Kid qui s’est fait avoir par un gourou du nom de Majora.

Majora, c’est un dictateur façon Trump ou Kim Jung-un. Il zehef grave de la vie, son seul délire, c’est de toucher le zizi de p’tits garçons qui sont séquestrés sur la lune.

=======================

Alors toi, tu décides qu’il y en marre et tu mets des claques à ce branleur de Skull Kid. Tu lui dis : « hey, sale schlague, maintenant tu vas arrêter de chialer et te mettre à bosser. Y’a des gens qui t’aiment quand même et que maintenant tu peux sortir un skeud sur le fait d’être devenu méchant puis gentil façon PNL ».

Majora, tu lui défourailles la gueule à coup d’épée. Son délire avec les p’tits enfants, ça doit cesser.

Pendant ce temps, la société, elle, elle s’en bat les couilles de ton combat de vegan féministe. Ils sont tous en train de s’enjailler dans la tripaille de leur délire néolibéral du style « ah bah tu vois, y’avait pas besoin de s’inquiéter, consommons les ressources de la planète, jusqu’à en crever, de toutes façon, on sera sauvé ! ».

Ces fascistes en plus, ils t’ont même pas invité à leur fête, t’as même pas droit à un p’tit cocktail. Alors toi, tu te casses, de toute façon, tout le monde t’a déjà oublié.

===================

C’est l’abandon de soi à une cause plus grande

C’est l’histoire d’un Jean qui danse pour se moquer de la société

C’est comprendre que même si on fait des choses importantes, nous ne sommes pas des héros

C’est la fin des temps, répétée, avec acharnement

C’est Zelda Majora’s Mask.

Esteban Grine, 2017.

 

La mélancolie de Majora’s Mask

Hey ! Ceci est le repost d’un article que j’ai publié en 2015. Je vous laisse apprécier le niveau d’écriture de l’époque… Il m’a semblé intéressant de le reposter sur le site pour plusieurs raisons, la première étant que j’ai toujours du mal avec certaines théories autour de Majora’s Mask et la seconde étant que je ne souhaite pas oublié cet article et cette réflexion qui me sont chers.

 

La série zelda m’a toujours fasciné. Avec plus d’une dizaine de jeu, 15 au total me semble-t-il sortis actuellement, la série a su imposer à chaque épisode un nouveau standard dans le jeu vidéo d’aventure. Alors non, je ne ferai pas l’éloge dans cette étude de cas de Zelda en tant qu’œuvre d’art mais nous allons plutôt nous concentrer sur l’un de mes épisodes préférés : Majora’s Mask que j’ai récemment refait sur nintendo 3ds.

Internet bonjour, aujourd’hui, je vais vous parler de ce que j’appelle la douce mélancolie et de l’humilité du joueur dans Zelda Majora’s Mask.

Note pour plus tard : Une vidéo sera adaptée de ce texte assez rapidement !

La douce mélancolie de Zelda Majora’s Mask

Avant de vous parler de Majora’s Mask, j’aimerai préciser deux trois choses dans cette chronique. Tout d’abord, je ne vais pas présenter une énième théorie complotiste sur cette œuvre. Certaines sont excellentes dans leur réflexion, notamment toute la théorie selon laquelle Link serait mort dans Majora’s Mask. Sans être pour autant vérifiée et sans que je sois un fervent défenseur de ces théories, je m’émerveille de voir qu’autant de personnes écrivent, rédigent et discutent leur vision et leur analyse d’un jeu presque 15 années après sa sortie officielle. et cela ne se voit à mon sens que dans les grandes œuvres culturelles. Aussi, je ne cherche pas à vous convaincre ici de quoi que ce soit, je ne fais que vous proposer ma vision et je n’ai pas la prétention de diffuser une vérité absolue sur l’œuvre. Je ne prétend pas non plus avoir une argumentation bien construite et cela, je l’explique parce que je le veux ainsi. Ainsi, cette vidéo se veut très personnelle et c’est plus un besoin de partager ce que j’ai ressenti que me fait la publier aujourd’hui qu’un besoin de diffuser une vérité scientifique.

Je profite aussi de faire une parenthèse sur la chronologie de Zelda. Je suis un vrai fan de la série et pourtant je n’apprécie pas l’idée d’une chronologie permettant d’organiser les épisodes selon une ligne, et dans ce cas plusieurs lignes temporelles. Les aventures de Link sont de véritables applications de la théorie du héro aux 1001 visages de Joseph Campbell. C’est à dire un individu qui pour une raison X va prendre la route de l’aventure, traverser des situations risquées pour finalement triompher. Et en faite, J’aime beaucoup l’idée que chacune des aventures de Link sont en réalité une seule et même histoire répétée et déformée. une même légende qui se modifie à chaque nouveau raconteur. un peu comme les mythologies qui se transforment au fil du temps. Je trouve cette idée particulièrement romantique car elle s’affranchit de toute explication, on ne devrait pas chercher toute le temps à tout comprendre, tout rationaliser. J’aime que les zones d’ombres restent dans l’ombre et cela ne me fait qu’aimer plus cet univers que je redécouvre à chaque nouvelle itération. Fin de la parenthèse.

Ainsi, je souhaite juste parler de ma propre compréhension du jeu. En effet, j’ai acquis une nintedo 3ds très récemment et j’ai donc pu me replonger dans cette œuvre avec une sensibilité autre que celle que j’avais à l’époque. Dès lors, je vous mets tout de suite au parfum, il n’y aura pas de références à des forums obscures complotistes de l’internet dans les sources de ma vidéo. Cette chronique ne propose qu’une analyse personnelle que j’ai eu sur le jeu et cette analyse est la suivante : pendant toute cette vidéo, je vais m’attacher à démontrer que ce jeu possède un texte mélancolique questionnant notre propre place dans la vie, l’univers et tout le reste. Pour cela, dans un premier temps, je vais brièvement aborder le rapport à la mort qu’est fait dans ce jeu. Je précise encore une fois que je ne fais que proposer une lecture des textes du jeu. Je ne théorise pas un complot quel qu’il soit. Dans un second temps, je vais m’attacher à expliquer pourquoi le joueur contrairement à la nature du médium n’est qu’un élément du jeu sans être le centre d’un monde qui n’a pas conscience de son existence et pourquoi cela rend l’univers du jeu, à mon sens, mélancolique.

La construction du jeu, similaire à la perte d’un proche… Vraiment ?

Pour moi, Majora’s Mask est le jeu de l’humilité. Aussi, je n’accorde en réalité que très peu d’importances aux différentes théories sur la mort de Link (qui parfois se rapprochent des théories complotistes, surtout dans leurs constructions logiques). Cependant, il s’agit tout de même d’une lecture intéressante qui permet à certains d’y voir un message plus profond. Je ne vais donc pas inventer dans cette partie mais je vais seulement retenir la construction du jeu, des interactions avec les personnages non joueurs qui rappelle parfois et de manière ponctuelle le modèle de Kubbler Ross concernant les différentes étapes émotionnels traversées par un individu suite à la disparition (perte et décès) d’un proche. Les étapes de ce modèle sont les suivantes : Le dénie, la colère, le marchandage, la dépression et enfin l’acceptation. Tout au long du jeu, nous allons rencontrer des personnages qui sont à différents stages du modèle. Ainsi, les habitants de Bourg-Clocher, vivant comme si la lune n’allait pas s’effondrer seraient dans le dénie, le Roi Mojo, supposant sa fille kidnappée a emprisonné un singe, le tenant responsable pour cela : la colère. Vient le fantôme de Darmani, le héro Goron mort souhaitant revenir à la vie : le marchandage. Puis vient Lulu la Zora regardant l’océan et ayant perdu sa voix : l’état de dépression. Enfin, les fantômes de la vallée d’Ikana qui finissent par accepter leur sort et être libérés de leurs attaches matérielles : l’acceptation. Sans aller dans la théorie du complot, le jeu illustre parfaitement cette construction, que cela soit voulu ou pas.

Je considère ces théories autour de la mort de Link ou de celle d’un proche assez partielles. En effet, je trouve qu’elles reposent beaucoup sur des hypothèses ad hoc bâties sur d’autres hypothèses. Aussi, je la trouve partielle car elle ne sélectionne que les éléments du jeu qui lui semblent pertinents, il y a donc des biais de validation. Ainsi, lorsque l’on dit que tel lieu représente une étape de Kobbler-Ross, on ne regarde pas tous les éléments de ce lieu. On trouve par exemple la joie, la colère, etc. dans un même lieu par exemple à Bourg-Clocher. Enfin, les auteurs de Zelda, dont Aonoma, ont clairement statué que cette théorie était fausse ce qui me suffit pour la considérer uniquement comme une interprétation mais pas comme la signification véritable du jeu.

Le gameplay du jeu nous rend captif d’un univers qui n’a pas conscience de notre existence.

La semaine dernière, j’ai pu brièvement échangé avec l’équipe d’Un Drop Dans la Mare suite à la sortie de leur vidéo sur le moment dissociatif, c’est-à-dire un moment dans un jeu en monde ouvert où le joueur prend conscience que l’univers qui lui est servi sonne faux et de fait le joueur n’est plus lié au monde par l’histoire et va chercher à tester les limites de ce monde. Je vous encourage d’ailleurs à voir cette vidéo. Et bien j’argumente que Majora’s Mask grâce à son gameplay étendu sur trois jours, repousse ce moment ad vitam aeternam. En effet, le fait de bloquer le joueur sur la répétition de trois jours à l’infini oblige le joueur à rester dans l’histoire. Contrairement au monde ouvert comme Assassin’s Creed, Majora’s Mask a un début d’histoire et une fin d’histoire et le joueur ne peut en réalité interagir qu’entre le début et la fin des 72 heures selon la temporalité du jeu. Le comportement répétitif des personnages non joueurs qe justifie donc par gameplay puisqu’eux aussi sont emprisonnés dans la même temporalité que le joueur. Et comme le jeu ne se passe que sur trois jours, il n’y pas non plus besoin d’avoir des personnages extrêmement complexes puisqu’encore une fois, le gameplay fait que le joueur accepte immédiatement ces comportements simples et répétitifs comme normal dans l’univers du jeu.

D’ailleurs à ce sujet, je souhaite faire une nouvelle parenthèse sur le gameplay du jeu avant de continuer. A la sortie de l’épisode 3ds, beaucoup de gens se sont plaint de l’absence d’un New Game + et d’End Game pour Majora’s Mask. J’argumenterai que le jeu n’en a eu et n’en aura jamais besoin. En effet, le gameplay, la répétition des trois jours, fait qu’à chaque fois que nous recommençons un nouveau cycle, sémantiquement, nous recommençons le jeu comme si c’était un new game plus. On recommence au début de l’histoire, avec plus de vie et d’équipement, bref c’est la définition d’un new game plus, fin de la parenthèse.

Le joueur n’est pas reconnu humainement pour ses actions

Ainsi donc l’histoire étalée sur 3 jours de Majora’s Mask est son gameplay central. Cependant, il y a quelque chose que j’ai trouvé d’extrêmement triste dans tout cela. Nous ne sommes pas reconnu pour ce que nous faisons. Le jeu nous récompense pour les actions que nous faisons mais par contre, les personnages non joueurs n’ont pas conscience de cela. Ainsi, il y a donc la récompense mécanique, naturelle pour les jeux vidéo. Ici, elle se manifeste par l’obtention d’objets, de quarts de cœurs et de masques. Mais il n’y a pas de reconnaissance que j’appelle organique éternel. C’est-à-dire que nous sommes les seuls à savoir ce que nous avons accomplis dans le jeu de manière permanente. A chaque nouveau cycle, tout est oublié. De même, les joueurs sont habitués à faire des tâches plutôt répétitives dans les jeux vidéo. Que cela soit dans le but de gagner de l’expérience, gagner de l’argent ou autre. Cependant, la répétition n’impacte généralement pas l’histoire. On considère même cela normal dans un jeu. Hors dans le cadre de Majora’s Mask, le joueur est obligé de répéter ses actions pour faire avancer l’histoire et à chaque fois qu’il renouvelle le cycle, il va falloir répéter tout ce qui a déjà été fait pour arriver par exemple au même stade d’une quête annexe que la fois précédente. Si dans un autre jeu, cela ne m’a jamais interpellé, ici, cela m’a vraiment questionner sur pourquoi devais-je faire cela. On prend conscience ici qu’une erreur est très punitive puis qu’il faut alors tout recommencer depuis le début du cycle. Le jeu arrive à nous transmettre non pas la frustration mais la fatigue qu’aurait un individu qui devrait répéter indéfiniment une même action. Contrairement aux autres jeux, les comportements répétitifs ont tous un sens pour l’histoire, ce ne sont que des moyens d’arriver à autres choses et non des fins en soi comme ce peut être le cas dans un mmo.

De plus, à chaque nouveau cycle, on se rend compte que tous les problèmes sont toujours présents. Par exemple, à la fin du premier donjon, les marais ne sont plus empoisonnés, le singe est libéré et la princesse retrouvée mais au cycle suivant, ces actions n’ont jamais eu lieu. J’ai ressenti en avançant dans le jeu de faire du surplace. L’univers ne s’améliore pas immédiatement et entre le moment où l’on finit le premier donjon et le moment où l’on libère le monde de sa malédiction, il peut se passer énormément de temps de jeu à ne pas voir le monde évoluer. Pour mon cas, il s’est passer un peu plus de 20 heures, et c’est long 20 heures réelles à avoir l’impression de ne pas impacter le monde qui nous entoure. Encore une fois, malgré le sentiment mélancolique que j’ai eu pendant le jeu, le gameplay m’a fait accepter cela de façon normal. Je n’obtiendrai pas la reconnaissance des personnes que j’ai aidé dans le jeu. Ce vide créé par le gameplay m’a fait réfléchir sur une question simple que l’on oublie facilement dans une société hyperindividualiste, je veux dire : ai-je besoin d’attendre une reconnaissance pour faire quelque chose de bien ? Même si je fais cette chose une infinité de fois ?

L’absence de cette reconnaissance organique et ce sentiment de surplace m’a rendu mélancolique vis-à-vis de l’histoire du jeu et très humble vis-à-vis de ce que je recherche dans un jeu. Aujourd’hui plus jamais je ne pourrai jouer à Zelda Majora’s Mask pour flatter mon ego et recevoir des félicitations pour des exploits prévus par les auteurs du jeu. Les joueurs ne sont pas habitués à ce qu’un jeu ne flatte pas leur ego. Cela peut-être une critique pour certains mais en même temps, c’est peut-être la plus grande force du jeu. Certaines quêtes sont émotionnellement très fortes. Et on finit par rentrer en empathie très forte avec les pnj mais seulement pour un instant très intense et périssable. Aujourd’hui, je peux affirmer que la quête de Kafei et Anju dans laquelle on doit réunir un couple avant la destruction du monde est surement l’un des plus beau moment vidéoludique que j’ai eu dans toute mon expérience de joueur.

Link n’est pas le personnage principal du jeu, l’apprentissage de l’humilité

J’ai précédemment montré que l’univers n’a pas conscience de façon permanente de nos actes. Je vais maintenant aller plus loin en disant que le jeu nous dépossède des caractéristiques entre guillemet « normales » du joueur : c’est à dire son coté exceptionnel et dont tout le monde se souvient. L’univers et les personnages d’un jeu sont généralement centrés sur le joueur mais dans le cas de Majora’s Mask, c’est tout sauf le cas encore une fois grâce à son histoire et son gameplay. Nous ne sommes que le pnj de quelqu’un d’autre dans le monde réel. Si vous avez déjà eu cette réflexion dans la vie de tout les jours, le jeu ne va faire qu’approfondir cette réflexion. Ce sentiment a un nom selon le dictionnaire des obscures tristesses : Sonder. On réalise que les gens autour de nous ont une histoire tout aussi complexe que la notre et dans leur histoire, nous ne sommes qu’un personnage secondaire. Et c’est exactement ce que j’ai ressenti dans Majora’s Mask, je n’ai été que de passage dans la vie des personnages non joueurs. En ce sens, ce Zelda m’a fait ressentir ce qu’aucun autre jeu a été capable de faire : proposer quelque chose qui par son essence est proche de la réalité de tous les jours.

En cela, le jeu a été pour moi un véritable leçon d’humilité. Nous n’obtenons pas cette reconnaissance organique dont nous avons besoin et le jeu nous amène à comprendre que recevoir quelque chose en retour de nos actions n’est pas si important que cela. Link (et par extension le joueur) n’existe pas vraiment dans le jeu pour ce qu’il est mais plutôt pour ce qu’il imite. Ainsi, très peu de pnj dans un cycle de trois jours connaissent véritablement le nom du Héro. Même plus, lors de ses transformations, beaucoup de personnages le confondent avec un autre. Enfin, j’en parle ici car je ne pourrai plus après mais de nombreuses cinématiques sont extrêmement tristes et traitent de la mort, peu importe le moment du jeu. Ainsi, il est montré dans le jeu que Link obtient ses masques de transformation par des individus décédés, presque des réincarnations donc. Ainsi, les Gorons ne reconnaissent pas Link mais voient Darmani, le héro mort du village goron. De même, Le peuple Zora ne font pas la différence entre Link et Mikau, le zora échoué sur la plage qui permit à Link d’avoir un nouveau masque. Enfin, au tout début du jeu et de manière anodine, le valet du roi mojo nous explique qu’il nous aide parce qu’on lui rappelle son fils décédé. Ce détail se trouve au début du jeu de sorte qu’on puisse rapidement l’oublier et dans l’avant dernière séquence du générique de fin, le jeu nous montre le valet en train de pleurer son fils dans une pièce qui correspond au tout début du jeu.

Je n’ai pas vécu beaucoup d’instants aussi forts dans une production médiatique et artistique. Ce moment fait partie des plus beaux que j’ai pu observer dans le jeu vidéo. Et c’est aussi ce qui fait l’expérience de jeu de Majora’s Mask si unique. Les sentiments que l’on ressent sont extrêmement contrastés et le jeu jongle merveilleusement bien avec les nuances. C’est un rollercoaster émotionnel : d’une scène à une autre le jeu nous fait alterner entre le bonheur et la tristesse et ce, en très peu de temps. Lorsque j’ai finis le jeu, je me sentais comme à la fin d’un grand huit : complétement abasourdi par l’expérience vécue. Je me suis rendu compte que j’avais passé 40 heures de jeu et que je suis passé à coté de nombreux détails et de niveaux de lecture. Je n n’étais ni extrêmement heureux, ni extrêmement triste. mais par contre je me suis senti l’esprit apaisé, serein.

Les dernières leçons de Majora’s Mask et la vraie fin de l’histoire

Vient enfin le moment d’aborder la fin du jeu et surtout la vraie fin. Tout ce que j’ai précédemment cité dans cette vidéo culmine dans les tous derniers dialogues du jeu. Une fois arrivé sur la lune, avec tous les masques récupérés, nous arrivons dans une atmosphère apaisée , pas de nuage à l’horizon et où l’herbe est plus verte que dans le monde de Termina. Certaines théories y voient une forme de paradis, j’y voix plutôt la matérialisation des sentiments que le jeu veut nous transmettre : l’apaisement de l’esprit et la sérénité. Dans cette partie du jeu, nous pouvons jouer avec des enfants portant des masques à l’effigie des boss. Ces enfants nous demandent de leur donner des masques pour jouer à cache-cache avec eux. Au final, nous allons devoir donner l’intégralité des masques que nous avons récupéré dans le jeu. Autrement dit, nous nous séparons des seuls attaches qui prouvaient que nous avions eu des interactions avec l’environnement du jeu. Après avoir donné nos masques, nous pouvons faire une série de parties de « cache-cache » comme les appellent les enfants masqués. Ce n’est rien d’autres que des tests de notre maitrise du jeu rien de plus en cela mais c’est sur la conclusion des parties de caches caches que je souhaite mettre l’accent. Chaque partie se termine sur les enfants qui nous posent une série de questions ouvertes sur l’amitié, le don sans attendre quoi que ce soit en retour, notre capacité à nous effacer, c’est-à-dire à comprendre que nous ne sommes pas le centre de l’univers et que nous ne sommes que de passage. Je pense avoir ici la preuve que les propos que j’ai tenu précédemment respectent une certaine cohérence et ne partent pas totalement en vrille.

Ensuite, vient enfin le combat de Majora qui pour moi est le paroxysme de ce que j’ai dit tout au long de cette vidéo. Celui-ci, lors de la vraie fin, nous remet le masque du Dieu Démon. Certains joueurs pourront y voir la récompense ultime du jeu. Pour ma part, j’ai eu l’impression encore une fois que le jeu se moque de nos réflexes de joueur. Porter ce masque pendant le combat avec Majora détruit tout son coté épique. Ce masque rend le moment le plus important du jeu presqu’inutile : une formalité. On devient tellement puissant que nous n’avons même pas le temps de savourer cette puissance acquise. A la toute fin de l’histoire, le jeu nous retire une dernière fois tout forme de reconnaissance. Finalement, c’est l’aventure qui a été le plus important dans le jeu et non la fin. Un constat de cela se trouve aussi dans le combat lui-même avec Majora. Lors de sa deuxième phase, il ne fait que danser et ne se soucie pas du joueur. A l’instar du reste du jeu, qui peut très bien se passer du joueur. Enfin, les derniers propos de Majora lorsqu’il nous remet le masque sont intriguants. Il dit que nous sommes en réalité le méchant du jeu car selon ses propos, le méchant, c’est celui qui part à la fin.

Conclusion

Majora’s Mask fait parti du très petit groupe d’œuvres vidéoludiques à véritablement proposer de nombreux niveaux de lectures. Même les dernières productions comme Paper Please ne propose pas un univers aussi subtile et propice à de multiples interprétations. Les propos que j’ai tenu dans cet article ont peut-être fait mouche chez vous ou alors vous avez peut-être trouver cela complétement à coté de la plaque. Dans tous les cas, je suis content d’avoir pu exposer un niveau de lecture de Majora’s Mask allant plus loin que l’habituelle histoire de Link sauvant le monde tout en restant plus humble, je trouve, que la supposée « mort de Link ». Zelda Majora’s Mask est à mon niveau de lecture, un véritable chemin initiatique vers l’humilité et sur la façon de donner sans retour. Là où je trouve le jeu extraordinaire : c’est qu’il ne martèle pas le joueur avec un message écrit noir sur blanc. Je pense que dans ce cas précis, c’est uniquement le gameplay qui peut amener à cette réflexion. On dit bien souvent que le jeu vidéo est l’agrégation de toute les formes d’art saupoudrée de gameplay. Majora’s Mask s’émancipe de la littérature, du cinéma et de toute les œuvres artistiques autres et parvient à diffuser un message philosophique fort uniquement par son gameplay. Non, nous ne sommes pas au centre de l’univers et nous ne serons peut-être jamais récompensés mais finalement ce n’est pas si grave que cela, et même en ayant pris conscience de cela, la vie reste belle, peut-être même que le ciel devient plus bleu. La mélancolie qui découle de ce message ne rend l’univers du jeu que plus beau, nous avons un exemple de cas où le gameplay et l’histoire sublime l’univers d’un jeu, là où les grosses productions d’aujourd’hui font l’inverse. Majora’s Mask, tu es rentré pour moi dans le panthéon des œuvres vidéoludiques où tu figures surement dans la plus belle des salles. ■

Esteban Grine, 2017.

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]